FANDOM


Il fut un temps, sur l’île céleste de Bilca, existait une communauté de moines sédentaires qui prônait la paix et la bonne entente entre les peuples du monde. 


Leurs ancêtres étaient venus sur cette île pour en faire un lieu d’enseignement afin de répandre la paix dans le monde qu’était la mère bleue. Cette mer était la plus grande, la plus dangereuse et la plus magnifique du monde. Tout le monde savait que ceux qui l’habitaient avaient du mal à s’entendre entre eux et se faisaient régulièrement la guerre.


L’un des moines de la communauté avait des difficultés à respecter le rythme lent de la vie sédentaire, et ce, depuis son enfance. Son nom était Urouge. Contrairement aux autres, Urouge pensait que la paix était essentielle et urgente, car il croyait que le monde serait bientôt annihilé par une grande guerre si la paix ne venait pas rapidement. Urouge voulait imposer la paix par la force et non par un enseignement lassant qui n’était dispensé qu’aux rares habitants de la mer bleue qui montaient sur l’île céleste de Bilca.


Bilca

Bilca







Évidemment, il fut réprimandé de nombreuses fois pour ses idées qui, bien qu’elles conduisaient à la paix, étaient jugées mauvaises pour la communauté et son bon fonctionnement.


En effet, les idées de ce moine mettaient en danger l'équilibre de la communauté parce qu’elles étaient contraires aux règles de la communauté, mais aussi parce qu'il avait entraîné dans son sillage d'autres moines qui s’étaient mis à penser de la même manière.


KidUrouge

Urouge enfant








Un soir, alors qu’Urouge avait trop bu d’alcool, il s'était laissé convaincre par un jeune homme vif et ingénieux de ne plus se faire dicter ce qui était bon ou mauvais et au contraire de faire comme il l’entendait.


Alors sous l'effet de l’alcool et de l’exhortation de ce jeune homme, ses envies de rébellion enfouies et accumulées pendant des années surgirent subitement et il se dirigea à grands pas au monastère.


Ener evo

Le mystérieux jeune homme.








Sur le chemin qui le menait au monastère, sept amis du jeune homme, accompagnés d’un chien et d’un oiseau, lui firent un passage en écartant les promeneurs de son chemin. Ainsi, Urouge arriva presque au pas de course au monastère. Il y entra sans tarder et toujours à grands pas se dirigea vers une section où il n’allait jamais : la réserve où il entreprit d’entrer illégalement.


La réserve interdite était un lieu où étaient conservés des objets dangereux pour la communauté. Seuls les hauts gradés de la communauté avaient le droit d’y entrer, et même eux évitaient d’y aller.


Urouge avait une puissante constitution physique et pouvait aisément soulever de lourdes charges. Alors, il se mit à frapper de toutes ses forces sur les pans de bois de la grande porte de la réserve. Il arriva après quelques minutes à faire un trou suffisamment grand pour y passer le bras et déverrouiller la porte de l’intérieur.


Dans la réserve, il y avait plusieurs zones : une salle d’armes, une bibliothèque, une chapelle, une serre et d’autres pièces aux thèmes étranges et variés totalement inconnus d’Urouge.


Urouge avait entendu des rumeurs venant de la mer bleue sur certains objets de la réserve que l’on trouvait aussi là-bas. On disait notamment que sur la mer bleue, certaines personnes obtenaient des pouvoirs inimaginables en mangeant des fruits spéciaux.


Dans la chapelle, on trouvait plusieurs objets religieux, mais encore des objets en rapport avec les sciences, car on jugeait que les sciences éloignaient l'esprit de l'essence spirituelle. 

En effet, certains considéraient les sciences comme un savoir donné aux hommes par un dieu mauvais et tout objet en relation avec les sciences devait être caché.

Au fond de la chapelle, il y avait un pilier noir hexagonal. Urouge curieux d’en savoir plus sur cet étrange pilier s’en approcha et contrairement à ce qu’il pensait le pilier était léger et en même temps très solide. Le pilier était en fer. Ce matériau était inconnu sur les îles célestes où quasiment tout était fait en nuages ou en dials. Cependant, ces derniers n’étaient pas trop utilisés sur Bilca. Poussé par son instinct, Urouge prit le pilier avec lui se disant qu’il lui serait sûrement utile un jour.


Plus loin dans la réserve, Urouge trouva une serre. C’était plutôt une sorte d’entrepôt où des espèces végétales dangereuses telles que des fèves magiques ou des plantes toxiques étaient conservées.


Tout cela était planté, à quelques exceptions près, dans des nuages spéciaux. Au centre de la serre, trônait deux étranges fruits recouverts de spirales colorées. L'un avait la forme d'une pastèque rouge, l'autre ressemblait à un kiwi bleu électrique.


FDD Urouge

La mystérieuse pastèque

Goru Goru no Mi

le mystérieux kiwi







Urouge bien qu’enivrer n’avait pas perdu ses facultés cognitives et fit immédiatement le lien entre ces deux fruits et les rumeurs venues de la mer bleue. Il se dit alors : « Si je veux pouvoir changer le monde, il faut que je les mange”. 

Il mangea donc le fruit ressemblant à une pastèque en pensant que plus le fruit est gros, plus le pouvoir obtenu est puissant.


Il ne se souvient pas clairement de ce qu’il se passa ensuite. Il se réveilla dans un lit de l’infirmerie avec un grand mâle de crâne et tous les membres engourdis. À ses côtés le grand moine, le chef du monastère. Ce dernier le regardait d’un air sévère, un air qu’Urouge n’avait vu qu’une fois. Cette fois, c’était quand le grand chef avait condamné à mort un célèbre meurtrier de l’île. 


Le grand chef lui raconta d’un air sévère ce que c’était passé. D’après lui, Urouge avait débarqué d’un coup dans la grande salle où les moines déjeunaient. Il était complètement difforme, des parties de son corps étaient énormes et changeaient constamment de forme et de taille. Un véritable démon fou. Il avait à la main un millier sensé être rangé dans la réserve, c’est de dernier qui l’avait stoppé. En effet Urouge faisait de grands gestes avec ses bras et se frappa le crâne à de nombreuses reprises avec cet objet jusqu’à perdre connaissance et brusquement revenir à une apparence normale. Il avait ensuite soigné et emmener dans cette pièce.

Urouge qui s'assome

Urouge assommé






Quand le chef eu finit son récit, Urouge lui dit qu’il ne se souvenait que très vaguement de ce qui s’était passé. Il lui dit, en passant sous silence son intrusion dans la réserve, qu’il était sorti d’un bar après avoir bu beaucoup d’alcool et que la suite était confuse. Il expliqua qu’il était saoul à ce moment et ne contrôlait pas ses gestes, mais que malgré cela, il n’avait pas d’explication pour l’étrange phénomène dont son corps avait été victime. Cette semi-vérité de ne convainquit pas le chef du monastère, mais ce dernier n’en laissa rien paraître et sortit.


Urouge n’avait pas le don de lire l’avenir, mais il était convaincu que ses actes ne resteraient pas impunis. S'il se référait à la loi, il risquait de la corvée (ce qui n’était déjà pas facile) à la mort. Mais ne voulant pas tomber dans la dépression, il se mit à réciter les versets sacrés qu’il avait appris. Il était dans une langue que peut comprenaient, mais Urouge le faisait sans efforts, mais ça encore, c’était un secret. Au moment où le soleil touchait l’horizon, un prêtre vint et lui dit de le suivre à la Chambre du Jugement. 


La Chambre du Jugement n’est pas un lieu où, contre toute attente, l’on est jugé. Enfin pas au sens premier du terme puisque dans la religion de Bilca, jugé un autre pas soi-même est interdit. C’est donc à la personne concernée de se juger par la méditation et puis de s’imposer une sanction.


Urouge entra dans la chambre, elle était circulaire avec dix colonnes. Cinq d’entre elles partaient du sol jusqu’au centre de la pièce et les cinq autres étaient placées au-dessus des autres et rejoignaient aussi le centre de la pièce. Au centre, les dix colonnes fusionnaient en une sphère à cent huit faces polies. Urouge pris place au centre du pentagramme qui se dessinait au sol et attendit que le moine ferme les portes pour commencer son Jugement par la prière et la méditation. Quatre soleils passèrent et alors que le cinquième arrivait au milieu de sa course céleste, Urouge sortir se la Chambre du Jugement. Malgré le fait qu’il sortait d’un jeûne, il semblait plein d’énergie et des marques bleues vives étaient apparues sur ses bras.

Urouge's tatoo

La nouvelle fit rapidement le tour du monastère et tous vinrent voir cet nouvel homme. Quand le chef arriva tout le monde se tus et il prit la parole : 


- Alors, quelle est ta sanction ? Lui dit-il.

- Hmm, ma sanction est de partir et suivre la propre voie aux côtés de mes compagnons. Répondit Urouge.

- Où dois-tu partir et qui sont ses compagnons ?

- Je dois aller au bout du Monde avec ceux qui voudront me suivre.


Un murmure parcourt alors l’assemblée présente, jamais personne n’a eu une telle sanction. Au bout d’un moment, le silence tomba, le chef du monastère demanda alors qui voulait l’accompagner. Seul un silence lui répondit. Face à cela il s’adressa de nouveau à Urouge : 


- Nouvel homme, personne ne souhaite partir avec toi, que vas-tu donc faire ?

- Je ne vais rien faire, car ce n’est pas le destin de ces hommes que de m’accompagner. Ceux que je cherche vivent sur la mer bleue.


À ces paroles, un grand bruit d’indignation s’éleva de la foule. Les habitants d’en bas n’avaient aucune morale après tout, alors pourquoi une telle décision. Urouge ne laissa pas la foule finir ses interrogations et s’avança dans le couloir, la foule s’écarta devant ses pas en lui traçant une route jusqu’à la sortie du monastère. Là, des habitants qui avaient été prévenus lui remirent des vêtement propres, un gros collier et un lourd et large paquet qu'Urouge souleva sans mal, il le reconnu aussitôt comme étant le pilier qui l’avait assommé.. Urouge mis le cap sur la route qui menait vers la mer bleue sous les regards intrigués ou étonnés des passants.


Alors qu’il marchait sur la longue route qui descendais vers la mer bleue, un bruit inimaginable se fit entendre suivie quelque secondes après par un terrible choc qui fit tomber Urouge sur la route sur des centaines de mètres et il arriva finalement sur la terre ferme couvert de bleus.

La route de Bilca

La route de Bilca







Ce jour-là des milliers de voix se turent dans le silence.


Arrivé dans ce nouveau monde qui lui était inconnu, Urouge se mit en marche pour prêcher la paix et fut petit à petit rejoint par des hommes qui partageaient sa vision des choses. Ce groupe soudé d’individus prirent finalement la mer et se firent rapidement appeler l’Équipage des moines dépravés. Leur but final resta un mystère pour les autres qui surnommèrent leur chef le Moine Fou en raison de ses idées et qu’il se promenait avec un gigantesque crayon.